Qui suis-je?
Les gens me demandent souvent ce qui m’a incitée à faire des corsets.
 Il m’est difficile de répondre clairement à cette question tant ce choix s’est imposé peu à peu à moi, de façon très naturelle, lors de mes recherches en «belles choses»


Enfant déjà, j’aimais me costumer pour avoir l’air d’être une autre, ma maman étant toujours prête à oeuvrer pour faire de moi une Princesse. En grandissant, j’ai commencé à réaliser moi-même certains costumes et à les porter fièrement même si je les renie aujourd’hui au vu de leurs imperfections. D’aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours su que je ferai un métier créatif et manuel. C’est tout logiquement donc que j’ai commencé par des études d’art. Après ça les choses sérieuses devaient commencer: apprendre la couture. Trois ans plus tard, je ressortais de l’Ecole de Couture, diplôme en poche avec la satisfaction d’être devenue une bonne artisane mais la déception de ne pas être corsetière.


 L’enseignement de la corseterie a complètement disparu du programme d’apprentissage des couturières et plus généralement des métiers existants. Aucune formation n’est actuellement dispensée, dans le monde entier. Elle est pourtant absolument nécessaire, même pour toute personne qui, comme moi, sait confectionner des vêtements. Parce que les techniques de corseterie sont spécifiques et certaines fois en complète contradiction avec celles de la couture moderne, où la prise en compte du confort est primordiale.
 
Comme toutes les corsetières actuelles, il a fallu  que je me retrousse les manches, passer des heures devant mes essais de patrons, de corsets, sur le web, dans les bibliothèques… pour pouvoir trouver un maximum d’informations sur la confection des corsets. Plus j’apprends, plus je tombe amoureuse de ce sublime classique, ode à la féminité.

 

 


Who am I ?
People often ask me why I decided to made corsets.
It is difficult for me to answer this question because it slowly became evident during my quest for “beautiful things.”


As a child, I already loved to dress up to pass for someone else and my mother was always ready to help turn into a princess. I realized that I could create my own costumes when I grew up and wore them proudly, even though now I deny them because of their imperfections. As far as I remember, I always knew I would do a creative and manual work. I thus started studying art. Soon, it was time for serious things: learn sewing. I got out of the Ecole de Couture of Fribourg(Switzerland) three years later, with a degree and the satisfaction of being a competent craftswoman but also the disappointment not to be a corset-maker.


Corsetry had completely disappeared from the apprenticeship of seamstress and its adjacent crafts. No such training is currently offered throughout the world. It is nonetheless necessary even for people like me, who know to design clothes. Indeed, the corsetry techniques are so specific that some of them are in complete contraction with the modern sewing which focuses on comfort.


I had to get down to work like all the current corset-makers. I spend hours on the web, in libraries, testing different patterns and corsets to find as much information as possible about corset making. And the more I learn about it, the more I fall in love to sublime classical ode to femininity.

 

  • Facebook Basic Black
  • Instagram Basic Black
  • Tumblr - Black Circle

© 2015 Peau d'âme

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now